Sondage : Le Québec après les élections du 4 septembre

SONDAGE ANNUEL DE
L’IDÉE FÉDÉRALE :

LE QUÉBEC APRÈS LES ÉLECTIONS DU 4 SEPTEMBRE

(Télécharger le sondage)

 

Dans un climat d’incertitude de l’économie mondiale
83% des Québécois perçoivent comme un avantage
l’appartenance du Québec au Canada

Montréal, le mercredi 14 novembre 2012Selon 86% des Québécois, le résultat des dernières élections générales québécoises du 4 septembre est attribuable au désir de changer de gouvernement ; seulement 8 % d’entre eux estiment que les électeurs souhaitaient que le gouvernement élu travaille pour la souveraineté. Une majorité de Québécois s’accordent également pour affirmer que les principales priorités du gouvernement du Québec autant que du gouvernement fédéral devraient porter, dans l’ordre, sur l’économie, la création d’emploi et la réduction des dépenses de l’État. Le rapatriement de pouvoirs et le dossier de l’unité nationale viennent loin derrière dans les choix des répondants. Par ailleurs, devant l’incertitude planant sur l’économie mondiale, l’appartenance du Québec au Canada est perçue comme un avantage par 83% des Québécois.

C’est ce que révèle entre autres, le quatrième sondage annuel commandé à la maison CROP par l’Idée fédérale, un groupe de réflexion québécois sur le fédéralisme fondé en 2009. L’enquête d’opinion a été réalisée entre le 17 et le 22 octobre dernier auprès d’un panel WEB composé de 1000 répondants. Comme elle l’a fait dans ses précédents sondages, L’Idée fédérale a voulu mesurer l’évolution des perceptions des Québécois à l’égard d’enjeux relatifs à la fédération canadienne.

Selon le sondage, l’arrivée d’un gouvernement résolument souverainiste n’empêche pas 66% des Québécois de considérer le débat sur la souveraineté comme une question dépassée. 34% d’entre eux jugent ce débat plus pertinent que jamais.

Parmi les autres résultats de ce sondage, on peut mentionner que :

  • 67% des Québécois ne croient pas que le Québec deviendra un jour un pays souverain ;
  • 56% sont d’accord avec la position du Premier ministre du Canada, M. Stephen Harper selon laquelle les Québécois ne veulent pas rouvrir les chicanes constitutionnelles du passé ;
  • 79 % de l’ensemble des répondants se disent fiers d’être Canadiens, alors que les répondants francophones se disent fiers d’être Canadiens dans une proportion de 74%.

Interrogés sur une affirmation de la première ministre Pauline Marois selon laquelle demeurer une province du Canada représente un risque inacceptable pour le Québec, 65 % des répondants expriment leur désaccord avec ce point de vue, alors que 27% y souscrivent.

Ce sondage permet également de constater que la revendication annoncée par le gouvernement du Québec de réclamer de nouveaux pouvoirs, notamment en matière de culture et d’assurance-emploi, ne suscite guère d’enthousiasme. En effet,  seulement 43% des répondants manifestent leur appui au rapatriement du programme de l’assurance-emploi alors qu’ils sont 45% à se dire d’accord avec l’énoncé voulant que le gouvernement fédéral cède au Québec tous ses programmes de soutien à la culture. À ce chapitre, les résultats expriment une certaine cohérence avec le fait qu’une majorité de répondants au sondage souhaite que leurs gouvernements accordent la priorité à l’économie et ne les entraînent pas dans de nouvelles chicanes constitutionnelles.

L’étude révèle aussi que 39% des Québécois estiment que la proximité du Québec avec le reste du Canada a souffert d’un éloignement au cours des dernières années. Seulement 9% des répondants jugent que le Québec et le Canada se sont rapprochés alors que 53% d’entre eux pensent qu’il n’y a eu ni rapprochement ni éloignement.

Pétrole : Enjeu stratégique national

Enfin, les répondants au sondage de l’Idée fédérale ont été invités à se prononcer sur l’enjeu stratégique majeur que représente le pétrole, un facteur économique d’une importance primordiale tant pour les Québécois que pour les autres Canadiens. Le sondage permet de constater que si les Québécois sont 47% à ne pas voir d’un bon œil l’exportation du pétrole de l’Alberta vers l’Asie au moyen d‘un oléoduc traversant la Colombie-Britannique, ils sont toutefois favorables dans une proportion de 74% au transport par pipeline de cette ressource albertaine vers le Québec.

Pour plus de détails sur le plus récent sondage de l’Idée fédérale, vous êtes invité(e) à contacter son directeur exécutif, M. Jocelyn Coulon, au numéro de téléphone suivant : (514) 951-0431.

L’Idée fédérale est un réseau de réflexion non partisan et son but est d’alimenter par des recherches, des sondages et des activités publiques, des échanges de qualité sur tous les aspects du fédéralisme. Toutes les études et les recherches publiées par l’Idée fédérale, notamment ce nouveau sondage, peuvent être consultées sur son site Internet à l’adresse suivante : www.ideefederale.ca

-30-

SOURCE : L’IDÉE FÉDÉRALE
INFORMATION : RICHARD VIGNEAULT/ COMMUNICATIONS
(514) 497-1385

Cliquez ici pour télécharger le sondage.

 

14/11/2012