Stéphane Dion
Ambassadeur du Canada en Allemagne et envoyé spécial du Premier ministre auprès de l’Union européenne et de l’Europe

Allocution prononcée lors de la Conférence nationale sur fédéralisme, organisée par les 26 gouvernements cantonaux, le Gouvernement fédéral suisse et le Parlement fédéral suisse, tenue à Montreux, dans le Canton de Vaud, le 27 octobre 2017

Lorsque, le 27 octobre dernier, la Confédération helvétique m’a invité à intervenir dans le cadre de sa cinquième Conférence nationale sur le fédéralisme, j’ai constaté avec surprise que le thème de discussion était : La Suisse sera-t-elle encore fédéraliste dans 50 ans? Dans le document qu’on m’a fait parvenir pour me décrire la conférence et le cadre de mon intervention, il était écrit que le fédéralisme en Suisse subit « une remise en question de plus en plus vive », que son prestige historique s’érode au point qu’il faut se poser la question de la survie même de la fédération.

Vraiment ? en doutez-vous ? leur ai-je demandé dès le début de mon allocution. Puisqu’ils avaient besoin d’un discours de motivation, d’un « pep talk », en faveur du fédéralisme je le leur ai donné. Je crois que ma démonstration, que l’on trouvera dans les pages qui suivent, intéressera les lecteurs de l’Idée fédérale, d’autant que je me suis inspiré de certaines de ses publications pour étayer mon argumentation.

Commentaires

Share This