Alana Klein
Faculté de droit – Université McGill

Compétences et maintien de la criminalisation du cannabis au Canada

Légalisation du cannabis : de la criminalisation aux droits de la personne?

La promesse électorale de Justin Trudeau de légaliser la marijuana était motivée par un fort appui du public, et c’était l’un des éléments les plus populaires de la plate-forme présentée sur le site Web du Parti libéral pendant la période électorale. En matière de politique, la légalisation telle qu’elle est appuyée par des préoccupations qui touchent à la fois la santé publique, la justice pénale et la justice sociale remonte à près de 50 ans, à l’époque où la commission Le Dain rédigeait une page d’histoire en recommandant la décriminalisation de la possession simple de la marijuana. Bon nombre des motifs avancés dans le rapport de cette commission en 1969 continuent de faire écho aujourd’hui : la criminalisation pousse des personnes autrement non violentes et respectueuses de la loi à « commettre des crimes ou du moins à traiter avec des criminels »; le faible taux de poursuite aggrave encore davantage l’injustice en imposant un dossier criminel aux personnes qui se font prendre; elle nuit à la crédibilité de la sensibilisation aux méfaits des drogues en transmettant des messages exagérés sur les dangers de la marijuana; elle favorise le manque de respect envers les forces de l’ordre chez les personnes qui voient l’interdiction du cannabis comme une entreprise « perverse et profondément hostile » étant donné que cette substance n’est probablement pas aussi nocive que l’alcool.

Commentaires

Share This