Guillaume Bourgault-Côté
Le Devoir
Politique, 24 janvier 2013, p. A3

Aucun des candidats à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ) n’entend demander à Ottawa le rapatriement des pouvoirs et budgets en matière de culture s’il est élu. Une position commune qui tranche avec les démarches menées par Christine St-Pierre et le gouvernement Charest auprès d’Ottawa depuis avril 2008.

Lors d’une conversation organisée mercredi par le groupe de réflexion L’Idée fédérale,Philippe Couillard, Pierre Moreau et Raymond Bachand ont tous affirmé que cette revendication culturelle n’était pas une bonne idée. MM. Couillard et Moreau ont ainsi adhéré à une opinion exprimée dimanche par M. Bachand, lors du deuxième débat des candidats.

Philippe Couillard estime que  » les artistes préfèrent avoir deux paliers  » qui octroient des fonds. Pierre Moreau a ajouté que  » le milieu lui-même estime qu’il y a des avantages à cette dualité. Le rapatriement [des pouvoirs| ne nous rendrait pas nécessairement plus performants sur la scène culturelle « .

En marge de la discussion de mercredi, M. Bachand a indiqué au Devoir qu’il avait  » parlé à Christine St-Pierre de ce dossier « . L’ancienne ministre de la Culture est l’une de ses supporteurs dans cette course.  » A priori, c’est vrai que de demander de rapatrier des fonds fédéraux est séduisant, dit-il. Mais il y a deux bémols : on a plus que notre quote-part de fonds fédéraux actuellement, parce qu’on est plus créatifs. Faisons attention de ne pas avoir moins d’argent pour un principe.  »

Il évoque ensuite cette notion que  » deux jurys de pairs [pour accorder le financement], c’est parfois un atout.  »

En avril 2008, Mme St-Pierre et l’ancien ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Benoit Pelletier, avaient écrit à Ottawa pour réclamer que soient ouvertes des  » discussions relatives à la conclusion d’une entente Canada-Québec  » dans le secteur des communications et de la culture.

Depuis, le sujet revient sporadiquement à l’ordre du jour, même si Ottawa a fermé la porte à l’idée. En avril 2011, Pierre Moreau – alors ministre des Affaires intergouvernementales – avait indiqué lors d’une étude des crédits que des négociations étaient en cours à ce sujet, ce qui avait été démenti par le fédéral. Quoi qu’il en soit, le dossier n’a jamais abouti.

Fédéralisme

Chaque candidat a eu une trentaine de minutes pour répondre à différentes questions liées au fédéralisme et au rôle du Québec dans la fédération. Pour l’essentiel, ils ont réitéré des positions déjà exprimées dimanche dernier.

Philippe Couillard veut notamment  » boucler la boucle de 1982  » et pense que le 150e anniversaire de la Confédération en 2017 peut ouvrir une  » fenêtre  » permettant la réouverture de ce débat.

Pierre Moreau ferait une  » promotion du fédéralisme  » plus musclée, refusant de mettre en  » sourdine  » son attachement à la fédération. M. Moreau a entre autres indiqué qu’il  » faut viser à s’affranchir  » de la péréquation, et que c’est par l’exploitation des ressources naturelles que le Québec va y arriver.

Raymond Bachand réplique que c’est là une  » illusion « .  » Il faudrait 14 milliards de plus en revenus de ressources naturelles pour s’affranchir « , a-t-il dit. M. Bachand s’est montré favorable à l’idée de créer un partenariat avec Terre-Neuve pour exploiter le gisement Old Harry.

 

© 2013 Le Devoir. Tous droits réservés.

Commentaires

Share This