drapeauxJean-François Caron
Professeur de science politique
Université de Moncton

Octobre 2013

Force est d’admettre que l’analyse actuelle du fédéralisme canadien contemporain est très souvent négative. L’une des principales critiques que formulent les intellectuels est sans conteste le fait que le pays soit organisé autour d’un idéal de fédéralisme territorial, alors que le Québec préférerait plutôt le voir évoluer vers une dynamique multinationale.

Ces deux conceptions sont largement incompatibles; alors que la première considère que la subsidiarité est strictement un moyen d’assurer une meilleure gouvernance et tient compte de l’égalité entre toutes les entités fédérées, dans la deuxième, l’État est plutôt considéré comme un partenariat officiel entre au moins deux nations qui ont toutes deux un droit égal à l’autodétermination. Pour les individus, cela suppose que l’entité fédérée qui est vue comme le gouvernement national de minorités nationales – comme le Québec, la Catalogne, le Pays Basque – devrait bénéficier d’un traitement asymétrique.

Commentaires

Share This